vendredi 18 février 2011

Un voyage d'enfer ! 5 jours, 4767km, et une Escort xr3i / One hell of a trip!

Un voyage d’enfer ! C’est ce qui semble indiquer mon billet d’avion ! Le motif de ce voyage express : ramener une veille Ford Escort de 89 au Maroc. Encore une aventure !!

One hell one hell of a trip! My plane ticket predicted it! The reason of my express trip: bring a 21 year old ford escort back to Morocco. Yet another aventure!


Mercredi matin, 5h, départ de l’appartement de Tanger. Mes sacs sont faits, il me semble rien avoir oublié. A l’aéroport, tout s’est passé comme sur des roulettes : enregistrement, douanes, embarquement…l’avion a même décollé avec 15 minutes d’avance, ce qui m’as permis d’arriver à la gare Montparnasse avec de l’avance.
Je suis arrivée en Vendée à 17h30. Enfin ! Enfin j’allais voir ma voiture, celle que j’allais ramener au Maroc. Arrivé à la maison je me suis précipité dans le garage. Elle était là. Une veille Ford Escort xr3i cabriolet de 1989. J’étais agréablement surprise par son état général, surtout pour une voiture de 22ans. Seulement quelques petits points de rouille, vitres électriques, capote électrique…le tout en état de marche !
Vendredi matin, première étape du périple : se rendre à Mayenne avec la voiture. La clé dans le contact, elle a démarré au quart de tour. J’adore le bruit qu’elle fait, un bruit plus semblable à celle d’une moto qu’une voiture, un bruit de voiture de sport agressive et puissant. En partant j’avais une légère boule au ventre. Qu’est ce que je devais faire si je tombais en panne en plein milieu de nulle part ? Que faire si elle surchauffe ? Est-ce qu’elle allait tenir le coup de rouler à 130 sur l’autoroute ? La capote va-t-elle s’envoler ? Tant de questions. Le seul moyen de connaitre les réponses etait de prendre la route.

Wednesday morning, 5am, my bags are packed and ready to go.
At the airport everything went well: check in, customs, borading...the plane even took off 15 minutes early. For once I had bags of time when I arrived at Montparnasse Station; it’s nice not having to run to catch the train.
At 5.30pm i was back in Vendée. Finally I was going to see my little car, the one that I had come to collect. As soon as I got home I went strait to the garage to check it out. And there she was, a Ford Escort xr3i 1989 convertible. I was agreably suprised with that state she was in. For a 21 year old car she only had a couple of spots of rust; electric windows and roof still worked fine!
Friday morning, ready and set to head off for check point one: Mayenne, 250km away. Key in the ignition, with an angry roar she started strait away. Still sounded like a race car after all these years! Once I was on the road, I was slightly worried. What happens if I break down in the middle of nowhere? What do I do if the engin overheats? Will she make it up to 130km/h on the motorway? What if the softtop blows off? Only one way to find out: drive.
Ford Escort Xr3i
 Le trajet s’est bien passé. La voiture roulait à 130 sans problème. Seul hic, le compteur se bloque de temps à autre à 110. On n’a pas l’impression de rouler à 130 ; elle ne tremble pas, est confortable, le moteur ne chauffe pas… Par contre elle est bruyante, l’air passe par les joints de la capote, rien d’étonnant pour un cabriolet de cet age !!
Franck m’a rejoint sur Mayenne le vendredi après midi. Le soir une petite soirée entre amis et le samedi matin nous voila à charger la voiture pour la deuxième partie du trajet : redescendre en Vendée. La voiture chargée à bloc (des vrais marocains qui rentrent au bled !) nous voilà reparti. Tout se passe bien.


Arrivé à destination on installe l’auto radio que j’ai acheté la veille. Un vrai bordel ! L’ancien proprio avait fait un massacre avec les fils, un vrai chantier pour savoir quel fil correspondait à quoi ! 


Après notre petite pause on était prêts à reprendre la route direction Toulouse pour passer la nuit avant de descendre sur Barcelone. Je tourne la clé, la voiture broute, et calle. Je remets le contact, et la c’est le drame… Le « vvvvvv » habituel de l’injection, qui se produit lorsqu’on met le contact, ne se fait pas entendre. On essaie de tourner la clé quand même, le moteur tourne mais ne démarre pas. Comme si l’essence n’arrivait pas dans les injecteurs… pompe à essence morte ? Pompe d’injection KO ? J’imaginais le pire. On cherche partout, vérifie les fusibles…Rien. Un ami appel son père, meccano camion ; avec un voltmètre on test tout. Lorsqu’on met le contact, de l’électricité arrive dans la pompe d’injection, mais se coupe directement.  On est 16h, samedi après midi, on doit être à Barcelone le dimanche à midi pour prendre le ferry. La panique commence à monter. Pas de garagiste de dispo le samedi aprèm, c’est même pas la peine d’appeler. On décide donc de rappeler l’ancien propriétaire, savoir si lui aussi avait eu ce genre de problème. Sa réponse : non jamais de problème avec. Chose qui m’a agréablement étonné est qu’il s’est proposé à venir pour essayer de nous aider. Lorsqu’il est arrivé, on a branché la pompe d’injection directement à la batterie : elle marchait. Gros soulagement, mais il fallait encore trouver pourquoi l’essence n’arrivait pas à la pompe. Après avoir testé un peu près tout dans la voiture, on en a conclu qu’il devait avoir des fusibles ou relais cachés ailleurs que dans la boite à fusibles (courant sur les veilles voitures). Google est mon ami ! Où se cache le relais de la pompe à essence sur les xr3i ? "Derrière les pédales, près de la colonne de direction". Je retourne voir les gars qui étaient resté à trifouiller la voiture, et leur dit le résultat de mes recherches Google. De suite ils commencent à fouiller autour de la colonne de direction. Ha ha : des relais ! D’un coup « VROUUUUUUUM  VROUUUUUUUUM ». Elle a démarré !! C’était tout con, il suffisait de trouvait d’où venait le problème : les câbles et relais pendaient un peu, juste au dessus de la pédale d’embraye. Mon pied devait les toucher quand j’embrayais, qui à force a fait déconnecter le relais de pompe à essence. On avait le sourire jusqu’aux oreilles. C’était bon, on pouvait partir !
On a roulé jusqu'à Agen. Bien fatigué, on s’est arrêté pour la nuit. Le réveil a sonné bien tôt. A 6h30 on était reparti sur la route (la voiture a démarré sans problème), il nous restait encore environ 4h30 de route. 

All went well. The car easily drove at 130, no strange noises, no shakes or stutters. Only one little thing wrong: the speedometer seems to get stuck at 110.
Saturday, car packed full with various stuff, ready to hit the road for check point two: Vendée, another 250km. Yet again, no problem on the road.
After our little break in Vendée we decided it was time to get going, we still had 5hrs drive ahead of us to get to check point 3 (Toulouse). Hugs and kisses goodbye and back we were in the car. I turned the key, the car started, coughed and stalled. Uh oh. I turned the key again; no sound of injection (a very recognisable “vvvvvvv” sound); the engine turned but wouldn’t fire up. This was going to be very problematic. We had to be at Barcelona the next day at 2pm to catch the ferry. We checked all the fuses, all ok. Why wasn’t the injection working? Was the injection pump bust? A friend called his Dad over, who is a lorry mechanic. He tested everything with a voltmeter. No electricity getting to the injectors. Panic was starting to kick in. If something was seriously wrong with the car what were we going to do? No garages are open Saturday afternoon. We decided to call the guy who sold us the car, ask if he had had any similar problems. His answer was no, the car had always started fine. To my pleasant surprise he said he would come and try and help us out. When he arrived we decided to connect the injection pump directly to the battery: the pump started up. That was defiantly good news, at least the pump wasn’t broken, but what was stopping the petrol from getting to the injectors? We tested all the fuses and relays again. All ok. Our only hope was that there were other relays hidden somewhere in the car. Google is my friend! Where is the fuel pump relay on an xr3i?. Above the pedals. The previous owner started fiddling under the wheel. Just as we had lost most all hope of catching our ferry, I heard a very familiar “vvvvv” noise. Then “VROUUUUMM”! He had managed to start her up! It turned out that the petrol relay was just above the clutch, my foot must have knocked it and unplugged it. So finally off we were! It was now dark, 6.30pm, and we had a 5hr drive ahead of us. We decided to stop an hour before Toulouse to get some sleep.



Sur l’autoroute on roulait tranquillement, la jauge d’essence nous indiquait qu’il restait encore un quart. On décide de sortir à la prochaine station, histoire de faire le plein et faire une pause café-pipi. « Aire de repos 1000m », on commence à ralentir. « 300m »….je vois Franck qui me regarde, une expression de désespoir et peur se lisait sur son visage…  « J’ai pu d’accélérateur ! » On avait calé. Au point mort l’inertie nous a poussé sur les 300 derniers mètres jusqu'à la pompe. Heureusement qu’ils n’ont pas construit la station 200 m plus loin, ou décidé de faire un rond point avant comme certains ! Arrêté devant la pompe je demande a Franck de réessayer de démarrer: elle broutait. Panne d’essence ? Ça me rappelait les rares fois ou ça m’était arrivé. On remets de l’essence : 38l. Encore une fois, j’ai un doute, le réservoir peut en contenir  47 normalement. Le moment de vérité arrive, on mets le contacte : « vvvvvvv », j’injection est enclenché ; on tourne la clé…. « VRROOOUUUUUMMM ! » La voila repartie !! Une petite panne d’essence, et ça ne pouvait pas mieux tomber ! Maintenant, je sais qu’il ne faut pas de fier à la jauge d’essence…
A 11h nous sommes arrivés à Barcelone, sans autres problèmes mécaniques. Il nous restait 1h pour trouver le port. Ah tiens un port ! On sort de l’autoroute. Ah non, c’est pas là c’est que pour les conteners… De retour sur l’autoroute, une sortie pour le ferry-port. On sort. Le port était immense, on avait strictement aucune idée ou on devait se rendre. Il y avait plusieurs gros bateaux, mais pas de notre compagnie. On roule, tourne un peu en rond. D’un coup, je vois un ferry arriver au port. « L’Excellence ». C’est le notre ! Suivons le !! Le ferry nous a mené jusqu'à la ou les voitures embarquent.

Monday morning, we awoke earlie to get back on the road. The car started fine. After having driven an hour we decided to stop to full up the car with petrol and have a coffee break. “Petrol station in 1000m” . Just after the “300m” sign, I saw Franck shove the gearbox into neutral. With a look of mixed panic and despair he said “It won’t accelerate”. The car had stalled. Pushed by the inertia, we drifted the last 300m, right the way to the petrol station pumps. When we tried turning the key, the car chocked. No petrol? But the petrol gauge shows we’ve still got a quarter of a tank! We filled her up, 38l. Strange, it’s supposed to be a 47l tank. I held my breath and turned the key....”VROUUUUUUUMMM”! Off she was again! We had just run out of petrol, and dead at the right time!
So off we were again. We arrived at the ferry port (when we finally found it) at 11.45am. We could see lots of ferries, but not our one; and we had no idea where we were supposed to go. Driving around the port, I saw a ferry come in. The “Excellence”. That was our boat! We followed it, and it lead us right to the place we had to queue up with the car at.
What a relief! We had made it!
Port de Barcelone

Le ferry. De l’extérieur il avait un air vétuste ; de l’intérieur c’était encore pire. Moi qui était habitué aux ferries qui traversait la manche ! Celui-ci rien a voir ! Au premier abord, on s’est dit « chouette ! Il y a des restos, discothèques, piano bar, casino, salle de fitness…on va pas s’ennuyer pendant 25h ! » Il y avait bien tout ça, mais tout était fermé. Les piscines sont vides, la salle s’est transformée en « squat » pour marocains, un coin fumeur, malgré les panneaux d’interdiction. Ce n’etait pas très grave, après notre long trajet j’étais crevée. Au lit à 22h !

The ferry looked old from the outside; inside was even worse. I can remember that Brittany Ferries used to sell their old ferries to Spain; this was defiantly a very old second-hand ferry.
When we arrived on board, it did look as if there where lots of things to do. Good! We’ll have some fun during the next 25hours. The map of the ferry said that there was a swimming pool, fitness club, beauty saloon, video games room, casino, night club... All of those were indeed “on” the ferry, but they were all closed. It didn’t really matter; I was so tired that I went back to our cabin to sleep right after dinner!

Lundi, le bateau entre au port de Tanger Med. La encore on a du attendre au moins une heure avant de pouvoir accéder aux garages car ils n’arrivaient pas à bien descendre la rampe.  Enfin, ils s’en sortent d’une manière un peut douteuse, et on est autorisé à rejoindre les voitures. 
1e pensé qui m’est passé par la tête en voyant la Ford : « oh les cons ! ». Le rétro gauche pendait, seuls les fils électriques le raccrochait à la voiture.  Le rétro n’était pas cassé, seulement l’élastique qui le fixait était déboîté. On essaie de le remettre, impossible, trop dur pour être tendu à la main. Un homme sort de la grosse Mercedes garé devant nous. « C’est cassé ? ». On lui explique que non, mais il faudrait une pince pour remettre l’élastique. Il commence à fouiller dans sa voiture, ne trouvant rien il s’en va voir les autres passagers.  D’un coup je me retrouve avec environ 5 marocains qui essaient de remboîter mon rétroviseur, sans grand succès. Sans pince c’était impossible de retendre l’élastique. Je demande si quelqu’un avait du scotch, juste de quoi le fixer pour ne pas que ça pendouille lorsqu’on allait rouler sur l’autoroute. 2 autres marocains arrivent avec des rouleaux de scotch, et s’activent à fixer le rétro. Un me laisse même un rouleau au cas ou ce qu’ils avaient mis ne tiendrai pas le trajet !
Au moment de descendre du bateau c’était l’anarchie. Tout le monde essayait de faire marche arrière en même temps. On était bien de retour au Maroc !

2pm, Monday, the ferry arrived at Tangier Port Med. We had to wait more than an hour before being aloud to go down to the car deck because they couldn’t get the bridge down properly. Finally, after they had supposedly fixed it in some dubious way, we were aloud down to our car. When I saw my Ford, the first thing that went though my mind was: “oh the b*st*rds!” (excuse language!). My left driving mirror was hanging, attached only by the electrical wires. I wasn’t broken, only the elastic that holds it in place had come unclipped after obviously being knocked. I started trying to clip it back into place. A man got out of the big Mercedes packed in front of me. “Is it broken?” I explained that it was just unclipped, but the elastic was too hard to put back into place without pliers. He started looking in the boot of his car, not having found anything he then started to ask other passengers near by if they had any pliers. Suddenly, I found my car surrounded by several Moroccans, all trying to clip the mirror back into place. No luck, it just wasn’t technically possible without pliers. I asked if anyone had some tape, just to at least secure it in place so it wouldn’t dangle while driving on the motorway. 2 Moroccans came over, and taped the mirror in place securely to the car. One even left me a roll of tape just in case it fell off while driving.
Disembarking was chaos. Everybody was trying to reverse and turn around at the same time; nobody would give way to anyone, which of course caused a blockage. We defiantly were back in Morocco.
Tanger Port Med
 Sorti du bateau, nous voila arrivé aux douanes. Encore un moment difficile à passer. Je suis résidente au Maroc, donc normalement je n’ai pas le droit d’importer une voiture française, mais mon statut de volontaire international crée une exception à la règle. Obligé de montrer tous mes documents, mes contrats, les lettres de la mission économique de Rabat qui précisent que j’ai en effet le droit d’importer une voiture. Après avoir consulté son chef, le douanier m’accorde l’importation temporaire. Je pensais vraiment que ça allait être plus long et plus galère !
Tanger, chez nous, c’est ici que notre trajet s’arrête. C’était bien fatiguant comme voyage et un peu stressant ! Mais je suis fière de ma petite xr3i qui a tenu bon tout le trajet (malgré les quelques petites frayeurs). 
C’était super de revoir tout le monde, famille et amis, même si c’était vraiment trop court.  
Désormais, je vous attends au Maroc pour faire un petit tour sur la promenade de Tanger, en cabriolet ;)

Back in Tangier, our final stop, the end of our trip. I was more than pleased with my little old Ford that had made it no problem (except those couple of little false alerts!).
It was great to see everyone again, even if it was defiantly too short. 
Now all we need over here is a bit of nice weather, to have a ride along the seafront …with the roof down in a Ford Escort xr3i ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire