samedi 29 janvier 2011

Where is my umbrella??


« Oh ! It’s raining today ! Where is my umbrella ??? »
My umbrella is in France….
Pourquoi je n’ai pas pensé à prendre mon parapluie! Que j’ai été naïve de penser que le soleil allait briller en permanence ! Surtout à Tanger, le nord du continent africain, la Bretagne du Maroc comme j’ai décidé de surnommer le coin.
De la pluie, de la pluie et encore de la pluie. Depuis plus d’une semaine maintenant. Presque constant. Par moment j’ai vu des petits morceaux de ciel bleu, un rayon de soleil, mais à chaque fois c’était une fausse alerte, un faux espoir. Un moment d’éclairci pour se remettre à pleuvoir de plus belle.
Ce n’est pas une petite pluie fine comme en France, mais des grosses gouttes qui tombent à torrent. Tu sors, ne serait qu’un instant, t’es trempé jusqu'à l’os.
Depuis qu’il s’est mis à pleuvoir j’ai très vite compris pourquoi les trottoirs sont si gigantesques. La ville est entièrement en pente, les routes descendent toutes vers la côte. Quand il pleut, l’eau ruisselle le long des routes, et l’évacuation n’étant pas assez importante (et souvent bouché), s’accumule dans les caniveaux le long des trottoirs.
Cette pluie n’est pas seulement désagréable, mais aussi dangereuse. Il y a une couche de poussière sur les routes et trottoirs, avec l’eau ça se transforme en une vraie patinoire aussi bien à pied qu’en voiture. J’ai faillit me casser la gueule plusieurs fois cette semaine ! L’eau qui ruisselle apporte encore plus de boue et saletés sur la route donc ça ne s’améliore pas avec le temps. Il faut avoir de bons essuie-glaces et beaucoup de lave glace aussi ; en suivant une voiture toute cette eau boueuse se retrouve sur votre pare-brise ! Ce n’est même pas la peine de penser à laver la voiture par ce temps !
Hier en rentrant du travail j’ai remarqué qu’un peu de la falaise, non loin du Café Hafa, s’était dégringolé sur la route. Je prends note: dans le futur éviter de prendre cette route au pied de la falaise par temps de pluie.
Par endroits l’eau s’accumule en grosses flaques sur les routes, l’aquaplaning est presque inévitable. De plus, ces flaques opaques cachent parfois des nids de poule ou autres obstacles à éviter sur la route. A pied il faut les éviter aussi, t’as vite fait de te retrouver avec de l’eau au dessus de la cheville ! D’ailleurs, je sors très peu à pied par ce temps. Je plains les personnes sur les trottoirs ou en scooter qui prennent des douches intégrales d’eau boueuse lorsque les voitures passent dans les flaques à proximité d’eux.
Bref, il est vraiment temps que la pluie s’arrête, autant de plus qu’a l’entreprise l’eau s’infiltre par les baies vitrés formant des flaques glissantes sur le carrelage (encore un piège à éviter, rien de tel que se retrouver sur les fesses en embauchant le matin !). Les tangérois nous disent que ça fait longtemps qu’ils n’ont pas vu autant de pluie. Dans quelques mois ça devrait s’améliorer.  En attendant, j’ai plus qu’à m’acheter une paire de bottes et un parapluie !

Why didn’t I think of bringing my umbrella with me? How naïve of me to think that the sun would always shine! Especially here at Tangier, the north of the African continent, the “Brittany of Morocco” as I have recently decided to nickname the place.
Rain, rain, and more rain. It’s been more than a week now of constant downpours. Once in a while I see a small patch of blue sky, a ray of sunlight, but every time the rain comes back even worse than before.
In France I used to a light constant rain, drizzle. Here the rain is constant too, but the drops are big and pound down with a certain force. If you dare go outside, even for a second, you’re soaked to the bone.
Since it started raining I’ve learnt why the pavements are so high here. The entire town is on a slope leading down to the beach. When it rains, the water runs rapidly down the roads, the evacuation can’t cope with all the water (and is often blocked) so it builds up in the gutters alongside the pavements.
The rain isn’t just annoying, it’s also rather dangerous. The roads and pavements here are covered with a layer of dust. When mixed with water, this dust turns into slippery layer of mud. By foot or by car you slip and skid all over the place. I nearly found myself on by backside a couple of times this week! The water that rushes down from the fields and cliffs doesn’t wash the roads but brings more muck onto them. You defiantly need good windscreen wipers and lots of windscreen wash product on your car; when following a car the mucky brown water is spayed up onto your car. No point washing a car with this weather!
Yesterday when coming home from work I noticed that part of the cliff, not far from the Café Hafa, had crumbled and fallen onto the road. I have made note that in the future, when it’s raining, I will not drive along that road at the bottom of the cliff.
In certain areas there are big puddles on the road, trying not to skid is nearly impossible. What’s more, these opaque puddles hide big holes or other obstacles that you can normally see and avoid on the road. By foot it’s best to avoid them too; stepping in one often means water above your ankle!
With this weather I don’t go out on foot much. I feel sorry for those walking or on a bike that have a complete muddy shower when a car passes in a puddle next to them.
All in all, it is really time for this rain to stop. At work, there are leaks; slippery puddles have formed on the floor (yet another trap to avoid, ending up sitting on your backside in a puddle is no way to start a day at work!)  The locals say that they haven’t seen this much rain in a long time. In a few months things should brighten up.  In the mean time I think I’m going to go and buy myself a pair of welly-boots and an umbrella!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire